Le Rucher du Périgord
Le frelon asiatique
Frelons V.V. en hiver

Frelons V.V. en hiver

Frelon survolant la planche d'envol

Frelon survolant la planche d'envol

Nid sur poteau électrique

Nid sur poteau électrique

Frelons anhestésiés

Frelons anhestésiés

Piège sélectif

Piège sélectif

Le frelon asiatique...encore et toujours

Inquiet de la prolifération sans cesse croissante de cet hyménoptère, le Rucher du Périgord, apporte depuis 2008, son modeste concours aux scientifiques chargés, au niveau national , de l étude de l envahisseur. Sans prétention aucune. Et cela ne nécessite aucun investissement particulier, remboursable par les pouvoirs publics.

Ainsi, le Lundi 14 Décembre 2009, nous avons récupéré un nid de V.V. insecticidé, en très bon état. Pensant que la population était morte, et en attente de l utilisation que nous souhaitions en faire, nous avons placé le nid à l extérieur. Durant la semaine, il a neigé et fait très froid: -10°C dans notre secteur.

Le Dimanche 20 Décembre, le soleil a réchauffé le nid. La température s est élevée et, vers midi, Ô surprise, nous avons vu des frelons sortir par les orifices de leur demeure; de beaux spécimens, bien dodus: 12, puis 9 puis 14...
Nous les avons placés dans une boîte au couvercle perforé et mis au congélateur. Les jours suivants, à chaque retour du redoux, de nouveaux individus quittaient le nid.
Attentifs à leur sortie, nous les avons mis "à l abri" avec un peu de candi pour leur permettre de bien passer les fêtes de fin d année et d être utilisables par les scientifiques.

Enfin le Mardi 5 Janvier au matin, nous avons décidé d ouvrir le nid. Nous avons découpé la partie inférieure sur laquelle se trouvaient les frelons restants. Beaucoup étaient sur le dos, remuant seulement les pattes. Nous avons sélectionné tous ceux qui nous paraissaient vivants. Nous leur avons permis de se réchauffer dans une pièce de la maison. Lorsqu ils se sont remis sur leurs pattes et ont quitté le plateau sur lequel nous les avions rassemblés, nous avons estimé qu ils étaient assez guillerets pour supporter le voyage par Chronopost jusqu au Muséum National d Histoire Naturelle qui nous a confirmé leur réception le lendemain.

Si nous relatons cet évènement, c est pour dire que rien n est acquis. Il est donc inexact de penser que les nids que nous découvrons dans les arbres dépouillés de leurs feuilles sont déjà désertés.
Le 12 Novembre 2008, un nid, lui aussi "insecticidé", a vu ses habitants se réveiller le lendemain. Une analyse de population a permis de dénombrer 1493 individus dont 70% de femelles.
Mme C. Villemant, nous dira, le moment venu, ce qu elle a pu tirer de notre envoi aux trois contenus séparés et quelles sont ses conclusions.

En attendant, le Rucher du Périgord poursuivra avec elle, avec G. Arnold, M. Arca du C.N.R.S. et D. Thiery de l I.N.R.A. de Bordeaux sa cordiale coopération.˜




Le frelon asiatique...suite

Rappelez-vous! Le 28 Novembre 2008, nous lisions dans le journal Sud-Ouest: "la Dordogne est le seul département où la population de frelons asiatiques est stabilisée. On enregistre même une certaine régression."...

Billevesée! Le frelon est toujours là et bien là, chez nous, comme dans de plus en plus de départements, encore plus présent que l an passé dans certains secteurs. Le piégeage printanier 2008, effectué dans ces secteurs, avait pu laisser croire à son efficacité. Les nids signalés avaient été moins nombreux.

Mais nous savions tous qu il faudrait effectuer plusieurs années de piégeage avant de tirer des conclusions. En 2009, le piégeage des fondatrices, ou supposées telles, s est poursuivi aussi sérieusement dans ces mêmes secteurs. Les prises ont été moindres, voire identiques. Et pourtant, il y a beaucoup plus de nids signalés, beaucoup plus de frelons dans nos ruchers.

Deux réunions organisées par la D.D.S.V. et Mme Darchen, en Avril et Juin 2009, ont permis une rencontre des référents et le retour des prélèvements effectués.
Concernant les nids, les consignes ont été renouvelées:

               -signaler les nids découverts à la mairie de sa commune.
               -s il y a danger, le Maire demande l intervention des pompiers.
               -un nid situé chez un particulier est détruit aux frais de ce particulier.
                (il n y a pas d obligation de destruction)

Beaucoup d apiculteurs participent à la destruction des nids, notamment des jeunes nids. Attention! Votre assurance-ruches ne couvre pas les accidents engendrés par la destruction des nids de frelons, qu ils soient européens ou asiatiques. Prudence donc! L utilisation de la perche télescopique et de l anhydride sulfureux, en pleine journée, semble problématique, voire dangereux. (dixit un utilisateur).

Aussi est-il conseillé d agir à la nuit tombée ou très tôt le matin, lorsque c est possible. Toute la population étant alors dans le nid.

Ne pas oublier que l anhydride sulfureux est un anesthésiant et que le fait d insuffler le gaz ne détruit pas le nid. Après l endormissement des frelons, le nid doit être prélevé et brûlé.
La destruction des nids pose question. En pleine journée, y-a-t-il des risques d essaimage?

Actuellement, les nids sont volumineux et très peuplés. Leur population ne cesse de croître. Les ruchers situés à proximité de ces nids, non localisés mais supposés, sont visités tout au long de la journée et la prédation est importante. Quelques collègues ont dû déplacer leurs ruches dans des secteurs non encore colonisés par Vespa Velutina.
Lorsque le déplacement n est pas possible, il nous faut protéger nos abeilles:

                  1- Nous devons poser des portières vertes anti-frelons si nos plateaux sont en plastique; nous les enlèverons en Janvier/Février et les remplacerons par les blanches.
Si nos plateaux sont en  bois, retournons les portières et faisons-les reposer sur des cales en bois de 5,5 mm d épaisseur glissées sous chaque extrémité de la portière.
Les frelons seront présents jusqu en Décembre. Essayons de limiter la prédation et empêchons leur entrée dans la ruche.
                 2- Il nous faut nourrir nos colonies. La population des abeilles d hiver doit continuer à se développer. L apport de nourriture des butineuses ne pouvant plus s effectuer normalement. Le nourrissement doit compenser le manque d apport naturel. Soyons donc vigilants.

Les médias nationaux s intéressent enfin à ce fléau. Il a fallu, pour cela, la découverte d un nid en région parisienne... Après la Garonne, la Dordogne et la Loire, la Seine et la Marne vont voir le développement de cet intrus le long de leurs cours. Cela fera-t-il avancer les choses?

Les scientifiques en charge du dossier ont présenté à Montpellier, les résultats de leurs travaux. Malgré les difficultés rencontrées, ils poursuivent l analyse des données recensées, la recherche d appâts sélectifs adaptés aux besoins des frelons: appâts sucrés ou protéïnés... Ils avancent lentement, mais ils avancent. Ils ont toute notre confiance.

Ci-dessous un document extrait de "Inra Magazine" de Juin 2009. Ce piège à frelons nous a été présenté le 15 Mars 2009, lors de notre Assemblée Générale, par Denis Thiery, chercheur à l I.N.R.A. de Bordeaux:
Ce piège à frelons mis au point par une équipe de Bordeaux (UMR Santé végétale) contient du jus de pomme concentré. Suspendu à un mètre du sol autour des ruches, il piège les frelons à pattes jaunes avec une sélectivité satisfaisante. Sur le terrain expérimental près de Bordeaux, 2000 frelons à pattes jaunes capturés dans 4 pièges durant 6 mois contre 160 frelons européens qui sont préservés. Ce piège pourra être perfectionné grâce à une meilleure connaissance de la biologie du frelon. Les chercheurs ont ainsi mis en évidence que ses besoins alimentaires varient au cours de l année. Au printemps, il se nourrit essentiellement d abeilles, riches en protéines, alors qu au moment de l hibernation, il recherche plutôt des aliments sucrés. La substance attractive du piège pourrait ainsi être adaptée à ces besoins fluctuants. Pour augmenter sa spécificité, on pourrait aussi lui ajouter une phéromone (substance d attraction sexuelle) que les chercheurs sont en train de caractériser.

Les recherches sur le comportement et la génétique du frelon à pattes jaunes bénéficient d un contrat de recherche financé par Vinifhlor, coordonné par le Muséum d Histoire Naturelle et associant aussi le laboratoire Evolution Génome Spéciation C.N.R.S.-I.R.D. de Gif sur Yvette.

Mme Bernadette Darchen, biologiste, Présidente d Apidor, a conçu et réalisé un DVD sur la biologie du frelon asiatique.

Intitulé "Dans l intimité du frelon asiatique", ce DVD d une durée de 15 mn 50 est disponibleen dépôt-vente à la Santé de l Abeille.